Thursday, April 27, 2006

Celles Voluptueusement Douces



Magnifique contraste entre les sonorités métalliques du tabla indien et celles voluptueusement douces du saxophone jazzy, le tout judicieusement relayé par les discrètes mais pertinentes ponctuations d’une batterie qui joue les intermédiaires entre les deux langages. Le saxophoniste américain Charles Lloyd est depuis longtemps un adepte de la « méditation transcendantale » . . .

Click here for the article at Telerama.fr.

0 Comments:

Post a Comment

<< Home